Le meilleur jeux du monde #minecraft

Minecraft est, selon nous, un des meilleurs jeux du monde ! 
La société créatrice  de ce jeux est Mojang. Elle a coopéré avec Microsoft et Sony computeur. Mais le vrai créateur est le suédois Markus Persson, qui joue dans Minecraft sous le nom de Notch. Il y a aussi une fête consacrée Minecraft : La MineCon. Ainsi un congrès en l’honneur de Minecraft, a célébré la sortie officielle du jeu le 19 novembre 2011.
mine craft

Minecraft est un jeu vidéo indépendant de type « bac à sable » (c’est-à-dire que l’on peut construire le jeu à sa guise sans scénario. Il existe deux modes de jeu : le premier, est le mode de jeu survie (le principal) où on peut mourir. On a trois jauges, la 1ère est la jauge de vie qui est en forme de cœur, une autre en forme de cuisse de poulet qui représente la barre de nourriture pour remonter la barre de vie quand elle baisse. Il faut avoir minimum 8,5 de nourriture et la nourriture baisse quand vous courrez ou bougez donc la barre de nourriture peut être augmentée en mangeant de la nourriture cuite ou bien crue. Au départ, il faut tuer des animaux : mouton, cochon, lapin ect … Puis couper du bois pour faire un établi et une pioche. Avec cette pioche, il faut aller « miner » de la pierre pour faire une pioche en pierre pour pouvoir casser le fer. Avec le fer, on peut faire des équipements : plastron, casque, jambières, et bottes, un seau et une pioche en fer pour pouvoir trouver des diamants pour avoir des équipements bien meilleurs, mais GARDE ! De nombreuses créatures peuplent le monde du jeu. Il y a les monstres neutres qui n’attaquent pas à moins qu’on ne les provoque (les cochons zombies, les loups…), les monstres agressifs qui attaquent le joueur à vue (zombies, creepers, squelettes…), les créatures passives qui n’attaquent jamais le joueur (vaches, cochons, poules…), et les créatures amicales et invoquées comme les golems de fer ou les bonshommes de neige qui accompagnent et aident le joueur, ou les villageois, qui proposent des objets à vendre au joueur. Certaines peuvent aussi être apprivoisées grâce à certains objets, comme l’os pour le loup, le poisson cru pour l’ocelot ou la pomme pour le cheval.

mine craft2

Minecraft est un jeux cubique, il y a environ 300 types de blocs dans le jeu, la plupart représentant des matériaux de construction ou des éléments de décor. Un bloc fait en moyenne un mètre de côté, et par conséquent 1 m3 de volume. Les blocs peuvent être solides, non-solides (air, torches…), transparents (verre, glace…), opaques, fluides (eau, lave…), et nécessitent souvent un outil particulier pour être récupérés (pioche en bois ou plus pour la pierre, mais pioche en diamant pour l’obsidienne…). Pour la plupart, la gravité ne les affecte pas, sauf les fluides et certaines matières (sable, gravier…). Il y a 2 dimensions, l’end avec un boss qui est un dragon, et  le «nether » est un monde parallèle hostile et sombre (ni jour, ni nuit) qui contient des éléments introuvables dans le monde normal. Pour y parvenir, il faut construire un portail,  il y a aussi un autre boss que l’ender dragon, il s’appelle le wither. Et il y a le mode de jeux créatif où on a des blocs à l’infini et on a tout ce qu’on veut et crée tout ce qu’on veut d’ailleurs.

Il y a une légende sur Minecraft, c’est herobrine le frère de Notch décédé qui, soi-disant, hante le jeu de Minecraft. Voilà mais je ne vous ai pas tout dit : pour tout savoir sur minecraft jouez- y !

https://www.youtube.com/channel/UCq85aH35r96tW4DZPytfkWw/videos

Milthiade

 

Livret-jeux des 4°C : présentation des personnages

Le projet annuel des 4°C consistant à créer un livret-jeux permettant de faire découvrir le vieil Antibes aux petits touristes du monde entier arrive bientôt à sa fin.

Vous allez bientôt pouvoir découvrir les personnages de ce parcours historique au coeur d’Antibes.

Voici d’abord l’héroïne, Elsa, créée et dessinée par Tara. Jeune antiboise toujours de bonne humeur qui détient un secret de famille. Elle possède deux cristaux du temps hérité de son aïeul pirate, et elle a la lourde tâche de veiller sur eux.

guynemer Elsa

Elle est accompagnée dans cette tâche par son fidèle compagnon, un petit écureuil trop mignon, Noa, dessiné par Lola.

Noa rampant

Face à eux, Alfred, le poulpe chenapan qui a volé un des deux cristaux et qui fait courir Elsa et Noa à travers toutes les rues d’Antibes. Les dessins ont été réalisés par Dorian.

Alfred au Nomade

Bientôt le résultat final !

 

 

Livret-jeux des 4°C : rencontre avec le métier de graphiste

 

Le jeudi 2 avril, dans le cadre du projet de livret-jeux réalisé par les 4°C, un groupe d’élèves dont nous faisions partie, a bénéficié d’une sortie à l’office du tourisme de Juan-les-Pins, pour rencontrer la graphiste qui travaille sur le projet du livret jeux. Nous avons pris le bus 200, et quand nous sommes arrivés, nous nous sommes installés dans une salle de réunion et la graphiste nous a apporté un petit déjeuner.

Photo0335

On a parlé du projet, des personnages, des couleurs, de la mise en page, de l’enchaînement des pages et de l’histoire. Puis nous sommes allés sur un logiciel de dessin « indesign »

que la graphiste utilise pour faire les pages du livret jeux.

Photo0337 Photo0340

Cela lui demande beaucoup de temps, car il faut redessiner chaque personnage, les colorer, les intégrer à une photo, puis finaliser les textes et la mise en page. Elle peut y passer plusieurs heures par jour pour chaque page. Nous avons eu l’occasion de tester ce logiciel pour retravailler les dessins. Cela nous a beaucoup plu, mais la tablette graphique était difficile à manipuler durant les premières minutes, puis nous nous y sommes habitués. Cette rencontre a aussi permis d’échanger sur le métier de graphiste qui évolue très vite car il faut maîtriser les nouveaux logiciels informatiques toujours plus pointus. Il faut également bien sûr avoir la fibre artistique afin que les visuels créés soient les plus attractifs possibles et attirent le regards du spectateur. Maryline Bailly, nous a ccueilli chaleureusement et nous la remercions beaucoup pour cet échange.

Doriane, Tamila et Andréina

 

Collège au théâtre

 

Tout au long de l’année scolaire, la classe de 3èmeD, accompagnée de Mmes Catarino et Roucaché (professeures d’arts plastiques et de français) a pu assister à deux spectacles vivants et visiter le théâtre Anthéa.

Visites et spectacles

En octobre, l’acteur Pierre Blain est venu au collège jouer son spectacle itinérant, intitulé Monsieur Zissbideldip, à tous les élèves de 3ème. Cette création est inspirée des œuvres de l’humoriste allemand Karl Valentin. Le temps principal du spectacle est le temps et son emprise sur les individus. Ce spectacle a plu car l’acteur interagissait avec son public. D’ailleurs, à l’issue de la représentation, nous avons pu discuter avec Pierre Blain ; ce moment d’échange fut très enrichissant.

En janvier la classe de 3ème D est allée visiter le théâtre Anthéa. Nous avons donc eu l’occasion de découvrir les loges dans lesquelles les acteurs se préparent. Nous y avons appris que des téléviseurs retransmettant des images de la salle de spectacle, permettent aux acteurs d’observer leur public avant leur entrer en scène et ainsi « prendre la température » de la salle. Nous avons également pu entrer dans la salle Pierre Vaneck où les techniciens régisseurs nous ont présenté leurs métiers (son, lumières, costumes…).

Enfin, au mois de mars, la classe a assisté à la répétition générale de la pièce de théâtre Le Procès  Cette pièce est une adaptation du Roman de Franz Kafka. L’adaptation, la mise en scène et la scénographie ont été réalisés par Félicien Chauveau avec la troupe du collectif La Machine (dont les acteurs Benjamin Migneco, Eva Rami, Irène Reva , Christophe Turgis). Cette pièce raconte l’histoire d’un employé de bureau solitaire qui mène une vie sans histoire , et qui un jour se fait arrêter par un agent pour une raison inconnue , la pièce va donc tourner autour de l’absurdité de cette arrestation. Comme lors de la représentation d’octobre, à l’issue du spectacle, nous avons pu échanger avec les acteurs et le metteur en scène.

Projet arts plastiques

Ces différentes actions ont enrichi notre travail en français et en art plastique et nous ont permis d’avoir une vision plus concrète du genre théâtral. Ainsi, dans le cadre d’un projet d’art plastique la classe a travaillé sur la scénographie : à partir de l’écoute du Sacre du Printemps, nous devions imaginer les costumes des danseurs, les décors et la lumière sur la scène. La visite d’Anthéa a permis de visualiser la scène. Une fois le prototype fait, nous avons dû le reproduire en grand format et/ou en 3D.

IMG_20150412_121852-1 IMG_20150412_123028-1

La classe de 5A, option théâtre

Le théâtre est au cœur d’autres projets du collège. Ainsi, il existe, dans notre établissement, une classe de 5ème option théâtre encadrée par M. Draperi, professeur de français et M. Girerd , professeur de théâtre au conservatoire d’Antibes. Nous avons eu la possibilité d’assister à une des cours de cette classe, au conservatoire.

Le cours commence par des exercices de concentration (le jeu de 7, mime, gestion de la voix et de son intensité…).

Ensuite les élèves ont enfilé leur costume, et ont commencé la répétition de la pièce écrite par M. Draperi, et qui sera jouée en public mercredi 15 avril. Nous n’avons vu que certains scènes de la pièce qui compte des rôles tels que  des chevaliers, servantes, princesses … tous personnages d’œuvres en lien avec le programme de français de la classe de 5ème.

Cette découverte de l’univers du théâtre nous a permis de nous familiariser et d’apprécier des formes d’art que nous n’avons pas l’habitude de voir et nous avons apprécié ce contact particulier avec le spectacle vivant.

Sarah J., Sarah P., Clément et Christophe

 

Les 3°D au théâtre

 

Mercredi 11 mars, la classe de 3ème D a assisté à la répétition générale de la pièce Le Procès, créée par le Collectif La Machine, sous la direction de Félicien Chauveau, metteur en scène.

 

L’histoire.

Jo Kaplan est un homme solitaire. Il mène une vie monotone et ne fréquente personne en dehors d’Elsa, sa voisine, dont il est amoureux. Un matin, il se fait arrêter sans en connaître la raison. A partir de ce jour, sa vie bascule.

 

La distribution.

Benjamin Migneco = Jo Kaplan

Felicien Chauveau = Kaminer et Titorelli

Eva Rami = Marcelle, Elsa Burstner, Montag, Léni et Les Accusées

Irène Reve = Montag, La fille qui joue, La Bossue

Christophe Turgie = Franck, Le Juge, L’Huissier et l’Industriel

Olivier Debos = Ciceron

Frederic de Goldfiem = Le Terroriste

Jacqueline Scalabrini = Le Gouverneur

x2014-05-121-le-proces_jpg_pagespeed_ic_jnq0Rp44Zp

 

Laetitia et Paola

Le rôle titre : Benjamin Migneco

Benjamin Migneco est un acteur issu du conservatoire National de Nice et du studio de formation théâtrale de Vitry sur Seine.

Désireux de faire davantage que le travail d’acteur, il se lance dans la mise en scène avec Félicien Chauveau. Tous deux fondent alors la troupe « La Machine ».

Cet acteur de théâtre a également eu des rôles au cinéma dans le court métrage Le Cirque en éveil de avec Caroline Baude et Animalus, Lago, Football de Paul Guenin.

En 2012, il a participé à un clip du groupe de rock, Little D Big B.

Benjamin Migneco endosse rôle titre de Jo Kaplan, dans la pièce Le Procès.

Nous avons pu constater que jouer ce personnage réclame beaucoup d’énergie. D’abord l’acteur devait communiquer des sensations fortes aux spectateurs : son angoisse, son stress, ses incompréhensions. De plus, Benjamin Migneco a un réel effort physique à produire : il ne quitte jamais la scène et certains épisodes sont particulièrement éprouvants comme lorsqu’il mime la « téléportation » durant laquelle il se livre à des gesticulations et accrobaties.

Benjamain Migneco a parfaitement su répondre à toutes ces exigences et il est parvenu, par son jeu dynamique, à accrocher l’attention du spectateur et le tenir en haleine.

Camille et Myriam

Une pièce adaptée d’un roman de Franz Kafka

 

Synopsis du roman Le Procès

Le roman Le Procès est paru en version originale en 1925 puis traduit en français en 1933.

Sans aucune raison, Joseph K. est arrêté chez sa logeuse. Malgré cela, pendant un certain temps, il mène sa vie normalement. Un jour, il est convoqué pour un interrogatoire. K. suit alors les conseils de son oncle, prend un avocat et entretient une liaison avec l’infirmière de celui-ci. K. abandonne ensuite son avocat et essaye de faire avancer son procès insolite. Il n’est jamais libéré de l’accusation, dont il ne connaît pas le motif, et un an après, il continue à vivre avec sa honte.

Adam et Louis

Biographie de l’auteur

Franz Kafka est un écrivain né à Prague le 3juillet 1883, de langue allemande et de religion juive. Il est considéré comme l’un des écrivains majeurs du XX° siècle. Fils de Hermann et Julie Kafka, issu d’une famille riche, il avait deux frères , Georges et Heinrich , tous deux morts jeunes. Il avait aussi trois sœurs qui ont été déportées lors de la Seconde Guerre Mondiale et sont mortes dans les camps de concentration.

Kafka écrivait de nombreuses œuvres en allemand mais n’a publié que quelques courts récits. Son talent a été reconnu avec son roman Le Procés à la suite de sa publication posthume ; le jeune écrivain est mort prématurément, le 3 juin 1924, à Kierling près de Vienne. Il n’a donc pas connu le véritable succès de son vivant.

Ses autres œuvres, La Métamorphose, Le Verdict, Le Soutier, L’Amérique, Le Château, sont toutes rédigées en allemand. Seules quelques lettres envoyées à sa maîtresse Milena Jesenskà sont écrites en tchèque.

Léane et Nina

Les réactions :

La représentation à laquelle a assisté la classe de 3ème D, mercredi 11 mars, a été appréciée par la majeure partie des élèves. Ainsi Iris nous confie : « Cette pièce était très intéressante car elle était adaptée pour les jeunes, il y avait de l’action. » La plupart, comme Louis, l’ont trouvée amusante : « Cette pièce était drôle et surprenante. » ; d’autres ont apprécié les décors, à l’instar d’Enzo : « Il y avait un beau jeu de lumière et un beau décor surréaliste ».

Toutefois, à certains moments, les élèves ont constaté des longueurs ce qui rendait la scène un peu ennuyeuse. Sarah, par exemple nous avoue : « A certains moments je ne comprenais pas donc c’était long ». Pour un grand nombre d’élèves la fin n’était pas très claire, comme Emilie qui nous dit : « Je n’ai pas bien compris la fin. Pour moi, ce n’était pas bien fini ».

La majorité des élèves a apprécié aller au théâtre car pour certains c’était leur première fois et ils aimeraient y retourner, comme Clémence qui conclut à propos des pièces de théâtre : «Je n’ai pas l’habitude d’y aller mais j’aimerai en voir d’avantage ! »

Pour conclure, nous pouvons dire que, de l’avis de tous, cette sortie a laissé un bon souvenir à la classe.

Christopher et Téo

 

La critique :

 

La représentation de la pièce Le Procès, adaptée du roman éponyme de Franz Kafka par le collectif La Machine, compte de nombreux points positifs et quelques aspects négatifs.

Ce qui m’a marquée d’abord, c’est le « prologue » : un personnage parle à travers un écran de télévision pendant que nous, spectateurs, sommes dans le noir. L’atmosphère sombre est accentuée par les bruits et la musique qui accompagnent la scène. Le spectateur comprend qu’il est transporté dans le futur, au lendemain d’une 3ème Guerre Mondiale. L’ambiance est rendue inquiétante par la voix froide et presque métallique du personnage qui semble être le dirigeant de ce monde d’après guerre.

La seconde scène, lorsque Joseph Kaplan (le personnage principal) se fait arrêter sans aucune raison, est très claire. J’ai parfaitement compris la situation, grâce à des dialogues enlevés et un jeu dynamique ; ce qui est essentiel pour tout le reste de la pièce.

Tout au long de la pièce, on peut apprécier les très bons jeux de lumière comme, par exemple les éclairs de lumière utilisés pour matérialiser la téléportation : j’ai tout de suite compris ce qui se passait.

J’ai apprécié également l’angle rétro futuriste choisi par le metteur en scène : chanson des années 60, vieille machine à écrire transformée en ordinateur, calculatrice reconvertie en « télétransporteur » … Le choix des accessoires a révélé une grande créativité.

Cette créativité, je l’ai aussi retrouvée dans la constitution du décor avec ses portes cachées et ses chausse-trappes par lesquels les personnages vont et viennent.

En revanche, j’avoue avoir été désorientée par les scènes dans lesquelles on trouvait de la politique car je ne voyais pas forcément l’intérêt. Tout cela était vite évacué par la touche d’humour qui contrebalançait toujours le côté tragique de l’histoire.

La fin de la pièce est assez brutale, assez précipitée et difficilement compréhensible. Toutefois, pendant 1h15, je n’ai pas vu le temps passer et j’ai trouvé cette adaptation du roman de Franz Kafka très originale.

Clémence et Julia

 

One Piece Pirate Warriors 2

one piece warrior2

One Piece Pirate Warriors 2 est un jeux japonais édité par Namco Bandai. Sorti en France le 30 Août 2013, il est développé par Omega Force.

L’histoire de ce jeux n’est pas la vraie histoire de One Piece. Au départ, One Piece est un manga, puis une série animée dont le héros Luffy est un enfant qui devient pirate et mange un « fruit du démon » qui lui donne le pouvoir d’élasticité.

Dans ce jeu, l’équipage de Luffy « au chapeau de paille » est possédé par le dial de rage (coquillage magique). Barbe Noir, l’ennemi de Luffy,  s’empare de son dial  et possède le contrôle des dials de rage.

Dans le jeu, il y a deux fins différentes. L’une des fins est que Barbe Noire prend le fruit du démon de Barbe Blanche. Dans l’autre fin, Barbe Noire ne réussit pas a prendre le fruit du démon de Barbe   Blanche et il se fait tuer. C’est cette deuxième fin qui est l’originale dans la série animée bientôt diffusée en France.

Rudy

 

Crash tragique d’hélicoptère en Argentine

Il y a quelques jours une émission de télé réalité a tourné au drame en Argentine. Dans ce drame en question, plusieurs visages du sport français se sont éteints dans un crash d’hélicoptère où cinq autres personnes sont décédées. Ces sportifs sont : Camille Muffat, nageuse, Florence Arthaud, navigatrice qui avait gagné la Route Du Rhum en 1978 et Alexis Vastine, boxeur.

La télé-réalité s’appelait Dropped. Il s’agissait de larguer, les yeux bandés, des candidats en pleine nature pendant une semaine, durant laquelle ils devaient retrouver la civilisation. Tout cela sans boussole, sans carte et sans nourriture.

Il s’agit d’une erreur de pilotage et certaines familles ont déjà porté plainte contre TF1 afin de savoir si toutes les conditions de sécurité ont été respectées.

Erwann et Mathieu